Je fais la sieste
 

Ça se casse la gueule ?
Pourquoi ça farfouille encore ?
Je croyais avoir éteint le bruit

Ya une fuite au sous-sol ?

Je croyais qu'il fallait laisser loin les ignorants

Avoir conscience et mastiquer du blabla utile, pour soi même à défaut de le rendre contagieux.

Chaque colère en son temps mais si j'ai soif ? 
Je me relève en pleine nuit et me paye des angles. Sur la pointe des pieds, l'équilibre vient. Etrange. 

Durant de longues nuits, j'ai noyé et étouffé mes masques, affronter toute nue et éraflée, sans projections, les autres fenêtres de verre. Translucide.
 

 

Entre mes petites morts
 

Tu sens le bourdonnement qui s'éteint ? Je ne sais pas.

Tu sens au moins comme le sourire se dresse, au chaud dans ton centre. Poussant un peu tes os.

 
Mais je l'aime ce bourdonnement !
Pourquoi me le retirer ? Soupire.
Ton être du début revient de loin,

il écrase lentement les grains de blé sur sa route. Il en casse les fines écorces, n'ai crainte.

Ton être qui arrive de la fin te tend la main. Fou en l'air le brouillard, en endurance, doucement comme le long d'un corps ou d'une montagne.  


Je ne sais plus comment le dire , et pourtant je suis statique aux milieu des crayons de couleurs, quitte à m'en planter encore un ou deux dans la chair pour le plaisir, pour sourire. Les mains, brulantes, qui glissent. C'est tout. Pour le plaisir, pour sourire. 

 

© 2018 par Cléa Mosaïque