• clea-mosaique

Petit portrait de Frédéric Desfrenne • #Nature et Vadrouilles


Je rencontre Frédéric Desfrenne sur instagram. Les temps d'échappées en nature est un point commun. Les réseaux sociaux font parfois leur office. Je soutiens son projet de tee-shirt des "encabannés", je suis sensible à sa démarche et sa simplicité, l'audace d'un citoyen amoureux de la nature comme il en existe pleins, mais qui ne reste pas que silencieux sur les sentiers... loin des codes et phénomènes surfaits, les partages de Frederic ne cherchent pas les montagnes de likes mais bien à te pousser à l'exploration, sans chichi et sans budget. Le caractère pluriel est présent de manière singulière dans ce que je perçois de la démarche de Frederic car selon moi, il faut une sacrée dose d'ancrage et d'ouverture pour être autant connecté à la nature et resté disponible dans l'échange virtuel qui semble te dire sincèrement "Bon, tout ne fout pas le camps, mais vas voir plus loin si tu y es ?"





Pour entendre la version avec la voix, ouvre tes oreilles et le coeur...



Qu’est-ce qui t'émeut et te meut ?

Ce qui me touche, qui me traverse et reste, c’est le moment où je sens chez l’autre, une fragilité, une faille, un interstice qui laisse passer la douleur ou les regrets. J’aperçois alors, un court moment, l’être que j’ai vraiment en face de moi.

Ce qui me fait bouger ? L’aube, le jour nouveau, sans cesse renouvelé. Me dire qu’il y aura, forcément, de l’inattendu.


Qu'est-ce qui est au centre de ta vie aujourd'hui ?

La volonté d’apaisement et de sérénité. Je m’interdis toute forme de nostalgie. Je travaille -c’est le mot- sur le temps qui passe pour transformer le temps qu’il reste en champ des possibles, en sincérité et engagement. J’ai à cœur d’apporter le plus possible aux miens et de faire passer le message qui est le mien : quitter les grandes routes.


Comment prends-tu soin de toi ? C'est quoi tes ingrédients ?

Aussi loin que je me souvienne, j’ai marché, beaucoup. Je fréquente aussi une salle de sport, une piscine et depuis peu, je pratique le jeune intermittent (16/8). Et à ma grande surprise, cela ne me demande aucun effort. Je n’ai jamais suivi une thérapie sérieusement, je m’autoprescris des sentiers et de l’autodérision. Au final, je suis sans doute un peu égocentré pour prendre autant soin de moi. Mais pourquoi pas ?


C’est quoi ton premier souvenir autour de la thématique { Nature et Vadrouilles } de la cabane... ?

Si j'évoque l’aventure d’Une Cabane par jour, c’est le jour du déconfinement. Ce jour-là, la veille, j’avais étalé une carte IGN sur la table et tracé ce périmètre arbitraire. La cabane était au bord du cercle. Sur le chemin du retour, j’ai pensé à la citation de Tesson : "Tant qu’il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera complètement perdu."


Une rencontre marquante qui fait que tu es là aujourd’hui ?

Ma compagne qui m’a éclairé sur qui j’étais, la lumière, comme l’ombre. Depuis, j’avance au lieu de me retourner et de regretter. Sinon, Bernard Ollivier a été une rencontre majeure. Il m’a appris le chemin.


Qu'est-ce que tu aimes raconter de ton projet "Une cabane par jour" ?

Mon projet est que chacun comprenne qu’il faut parfois tirer le rideau des bois derrière soi pour rejoindre la consolation des sentiers et des cabanes. On y trouve refuge. Les cabanes vous ouvrent leurs portes comme une vieille amie. Il suffit de pousser leur porte pour renouer avec ce qu’on est vraiment, des êtres qui cherchent à vivre chaque jour en paix.


Quelle question tu n'aimes pas que l'on te pose ?

Pourquoi tu fais cela ? Pourquoi autant de temps à partager, écrire, répondre ?

Je déteste cette question car ceux qui me la posent connaissant la réponse :

"Parce que je fais ce que je veux, pas toi ? "


Quels sont tes apprentissages personnels à travers ce projet ?

La principale difficulté est comme souvent, d’être quasi seul (pas tout à fait vrai car ma communauté est très participative et parfois, je n’ai rien à faire si ce n’est mettre en ligne)

Il n’est pas évident non plus de se renouveler, de courir après la très jolie photo très instagramable ?

Ma plus grande joie est le livre en cours de rédaction qui sera publié au printemps prochain, c’est une vraie reconnaissance pour moi.



Qu’est-ce que t'évoque l’image de la mosaïque ?

La multitude et le recul (pour la contempler, vraiment).



Maintenant, allons plus loin et parlons cash !


Si tu étais une question, tu te formulerais comment ?

À quelle partie de moi je laisse les commandes à cet instant, avec le consensus ou au moins consentement de toutes les autres ?


Comment ça se passe entre l’énergie argent et toi ?

Il m’est arrivé de ne pas être raisonnable. L’argent a toujours été pour moi, une charge à porter, gérer et supporter, presque une calamité.


Quelle place fais-tu au don dans ta vie ? Comment le vis-tu ?

Pour des raisons évoquées ci-dessus, je n’ai pas vraiment donné dans le don

Pour autant, comme cité au-dessus également, j’y travaille et c’est un long chemin.


Imagine : Tu vas vivre le prochain trimestre sans carte bancaire, que ferais-tu ?

Imagine encore : Tu hérites de 40 000€, qu’en fais-tu ?

Il m’est arrivé d’hériter et très franchement je n’en ai pas fait grand-chose à l’époque, hélas.

Aujourd’hui, j’investirai dans un lieu loin de tout, un bout de terrain avec une cabane à rénover (c’est un rêve très partagé et quasi impossible, rien n’est à vendre)

Et sans carte bancaire ? Je l’ai souvent perdu et à présent, le téléphone ( ce membre supplémentaire) assure tout, donc.




Pour suivre Frederic et le projet Une cabane par jour, c'est par ici ...

Sur Instagram et Facebook @unecabaneparjour

Le blog : uneaventureparjour.fr



 




Tu as aimé ce petit portrait ?

Invite des personnes de ton réseau à s'inscrire simplement à la Lettre d'Amour de Cléa pour recevoir le mot de passe qui donne accès à toutes les pépites !


Echangeons ? Tu peux proposer ton projet à caractère pluriel et singulier pour qu'il rejoigne mes sacoches à pépites, sur la thématique qui te fait écho aujourd'hui !



49 vues0 commentaire