En coulisses, Cléa Mosaïque, c'est qui quoi?

Je m'appelle Coline et dans ce monde chaotique ou cosmique, je navigue avec différentes cordes à mon arc. Je suis curieuse et animée par la complexité des systèmes vivants et la simplicité de notre courte vie ici. Je travaille comme indépendante en coordination, médiation, diffusion, communication et organisation pour des projets très divers de la culture aux tiers-lieux, et j'explore le reste du temps, au gré des saisons. Si on me cherche ? On me trouvera sûrement…dans la nature !

 

Depuis 2017, Cléa Mosaïque s'émeut et se meut pour s'affuter comme une grande boîte à ressources-pépites et à explorations vivantes, pour savourer du concret, rencontrer des humains, se relier et cultiver son grain à moudre.

Me soutenir pour que les ressources circulent et dansent jusqu'à toi, vous ? Par ici sur Tipee

Cléa Mosaïque - Le texte lu
00:00 / 00:00

Interview par Klow, mode éthique

IMG_1350.jpg

Pour myVitrine, communauté engagée

Coline, Ô Coquelicot !

Un pied dans le tumlte et un coeur cabane.

Avec mon costume de semeuse de graines, je navigue comme spectatrice-actrice en quête de vivant et d'harmonie. Une devise "il faut être tout à fait d'accord pour être modifié.e". Adepte de l'apprenti-sage sous (presque) toutes ses formes et tout au long de la vie, des racines et des explorations, des arts de la présence, je veux de l'art de vivre bon sang ! Je tente joyeusement de prendre soin et de relier, les gens et les choses qui peuvent exister et rayonner, d'ouvrir les fenêtres et de me sentir à ma juste place dans ce bordel. Bas les masques ! Par les fêlures passe la lumière, n'est-ce pas ? Je vois la vie comme une danse.

"Pardonnez ma bonne éducation je ne suis qu'une voleuse. Que nos peines soient des fêtes sur la terre comme sur ta lune et je passerais pour un vieux con, au mieux pour une femme" (à dire comme une prière loufoque et beaucoup de second degré)

La beauté créatrice, qu'est-ce que ça évoque en toi ?

C’est rond, c’est un parcours semé d’audaces. C’est générer de la réalité, de la fluidité, de l’essence. Ça déconstruit, c’est inconfortable, ça augmente l’intensité pour effleurer l’évidence. C’est un conte en couleurs et en noir et blanc, de plusieurs dimensions, pour les filles les femmes les garçons et les hommes. Un ptit goût de rituels oubliés ou retrouvés. Y’a comme un jeu à prendre au sérieux, au coeur et à l’imaginaire. C’est au creux du ventre, c’est là en sommeil ou en éveil. Y’a de l’unité, de la singularité, du silence et de la musique. De la lenteur et du temps présent. De la patience, qui trouble et dérange autour. Ça calme les plus agités, ça sourit de l’intérieur, ça se partage, ça se ressent, ça rassemble, ça déchire, ça lutte, c’est en mouvement, ça tourne. C’est sobre, en fusion et intemporel. 

Ma mosaïque pour cultiver mon grain à moudre, en nuance,
mon esprit critique ouvert !