Les effusions, ça bourlingue !

{ Festival théâtre } 15 jours de résidence pour 2 jours intenses ! 

 

 

De quoi on parle ?

D'un festival à taille humaine ! 

De jeunes très talentueux qui se donnent à fond

pour faire vivre à pleins poumons entre musique et théâtre, 

quelques hectares normands

Que demande le peuple ?

 

 

 

 

 © Cléa Mosaïque . Les Effusions, 2017

 

 © Cléa Mosaïque . Les Effusions, 2018

 

 

 

 

 

 

 

{ Cléa la spectatrice }

 

 

 

 

 

 

J'étais planquée sous ma casquette comme pour commencer tranquillement l'année.​

Doux mois de septembre. Je suis venue à ce festival de théâtre avec une amie et on a mis les deux pieds dans ce volcan de gens allumés, dans le bon sens du terme.
Des parents aussi, et 500 personnes ça suffit largement pour naviguer et rencontrer, entre deux pièces de théâtre de grande qualité.
Estomaquée. Libre. Respectée.

 

 

Après la sieste au soleil et un repérage des lieux dans les champs de paix, première pièce. On était bien. Le soir venu, j’avais quand même bu une bouteille de vin, et était contente que la drogue soit très raisonnable autour de moi. Le clair de lune frappait. Délicatement, on distinguait toutes les tentes, ces calmes huttes qui attendaient la fin de la fête pour recueillir nos corps courbés. 

Au matin, lui là avec son écharpe pieds de poule, allait pêcher avant le réveil général et la reprise d'une certaine frénésie. Plus familiale. C'est dimanche. Les quelques 500 têtes du matin s'accoudaient nonchalamment aux tables de fortunes pour toutes sortes de petits déjeuner improvisés, guettant le buffet pour tous. Un crumble aux légumes pour la gueule de bois? Certaines moues n'approuvent pas, mais apprécient par politesse. 

Dès le midi, tout est revenu à la normale. On distingue les couples de la nuit relativement timides mais naturels. Habillés, près pour faire les valises ou un dernier tour de camion aux bruits imaginaires...

 

Bouchée bée. Sourire. Libre. Respectée. Je suis rentrée avec plein de bonne rage et d'images sous ma casquette, bien assez pour naviguer quelques temps.

 

 

A l'autre bout de la pelouse, Edouard a saisi plusieurs autres moments du festival

© Edouard Bressy 

 

 

 

Bribes de spectacle. 

Durée d'exposition, avec deux comédiens de la compagnie Animal Architecte de l'école du Théâtre National de Strasbourg. (Yannick Gonzalez et Helène Morelli)

 

 

Elle a une serpillère à la main et se courbe.

- Ça veut dire quoi ?
"Viens on vieillit ensemble", en russe.

Il brandit lentement ses bras vers l’avant et un balais mouillé vient lécher au milieu des paillettes, ces mots de craies.

 

 

 

 

Bribes de spectacle. 

Un montage de toutes les pièces de Techkhov en 4 actes, par de brillants comédiens de la Compagnie Kukumatz. (Pauline Hubert, Claire Boye, Arnaud Pontois Blachère et Gabriel Acremant.)

 

 

« Je ne veux pas avoir la vie devant moi, je la veux maintenant. »

« Parce que tu as tout eu que tout t’indiffère? Mais ne t’inquiète pas toi aussi tu auras peur de mourir ! »

« Sois un homme, c’est à dire ne pas se cacher pour boire, se laver de temps en temps et se contenter de ce que tu as. »

« Deux âmes perdues n’en font pas une trouvée. »

 

 

 

 

 

#Comme une didascalie : Un champ à taille humaine pour les tentes gentilles, pour cette nuit de l’éphémère. Du bois partout, un peu suspendu qui donne des allures de navires aux arbres, des chambres à air de tracteurs pour rester dans les couleurs et l’ambiance locales : la bouffe est faite maison par des tabliers bleus bien gaulés. Tu peux aussi taper une sieste, en toute simplicité. On aurait presque envie de chercher le boucan habituel des festoches, mais non. L’idée n’est pas de se fracasser le crâne non stop avec 5 styles de musiques différentes, mais de discuter des horizons, du futur, entre deux rendez-vous théâtre à ne pas louper. Gare aux jauges limitées ! 

 

La suite ? L’année prochaine, même lieu, même équipe, et vos âmes en plus ! 

 

 

Ah oui ! J'ai raté le DJ set de Maxime Jerry Fraisse car il passait pendant une des pièces. Je suis donc allé écouter sa musique sur Paris, dans une cave près de Belleville. Nos corps collés, la transe, la douce, la vraie. Un régal. Je conseille car il proposait une drogue sans cacheton. Il a un Soundcloud, tout ça... pour une première impression et comme je suis sympa, clique sur le casque va ! 

 

 

#3e edition . Après 3 semaines de résidence, rendez-vous les 1 & 2 septembre 2018

Les mots m'ont manqués cette année.

Je pourrais vous dire que j'y étais, que nous étions à notre aise, que les gens étaient brillants, habités, dans leur élément, sages, gentils, mais cela serait un peu maigre. Alors je parie sur la carte postale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Festival les Effusions par le collectif les Bourlingueurs

 

Vers une critique plus officielle 

Vers leur projet 
Vers le collectif qui organise 

 

 

 

 

 

 

 

 

*

 

 

“ La prochaine fois, tu viens ?! “
  Cléa Mosaïque

 

*

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

© 2018 par Cléa Mosaïque